A l'ombre du gand mélèze

A l’ombre du grand mélèze.

 

 

 

Sous la houle du vent chagrin

 

Berçant mélèzes et mille tiges de grains chargées

 

Par la fenêtre de mes mains fermée

 

J’observe le déferlement des nuages

 

Tissant une attelle de tendresses conjuguées

 

Afin que s’apaisent les âmes par le destin écorchées.

 

 

© Philippe Grimard (07 juin 2017)