Voiles d’automne. (Les prémices)

Voiles d’automne. (Les prémices)

 

 

 

Majestueux soleil, encore gaillard,

 

Combattant, par transparence, les sentinelles de brumes au clin hagard

 

Liserais surexposés chevauchant nos robustes ruminants

 

Martelant quelques ruisseaux de lait fumant.

 

 

 

Espoir d’un été indien pour scier le précieux végétal

 

Valériane, linaires et campanules fébriles

 

Sonnent le glas des premières feuilles en mal de chlorophylle

 

Alors que survit, lueur étincelante, l’éclat subliminal.

 

 

 

Dame Semois sommeille encore sous son matelas soyeux

 

Laissant plateaux éblouissants de Barrière à Hérisson

 

Myriades de vœux

 

S’égayant en mille rayons à l’abri de Bagimont.

 

 

 

Cligne-musette entre mélèzes perlés de rosée

 

Et la silhouette des grands épicéas

 

Par les cris furtifs de la sittelle, cadencée

 

Alors qu’oseille et fougères terminent leurs ébats.

 

 

 

Crépitement des bûcherons mécaniques

 

Profitant des dernières clartés et sève descendante

 

Tandis que champignons multicolores se réjouissent en criques

 

Sous toison au lustre émeraude encore présente.

 

 

 

©Philippe Grimard (16 septembre 2017)